Petite incursion à Saint Valéry sur Somme

Mardi dernier j’ai eu le plaisir de découvrir St Valéry sur Somme que je ne connaissais pas/ Belle et agréable journée estivale dont voici quelques photos

la cité médiévale
les roses trémières dans la vielle ville
la baie
Rue des Moulins typique du quartier des marins
ruelles de la vieille ville
A l’intérieur des remparts se trouve un herbarium, ancien jardin des religieuses de l’hôpital reconstitué dans un style médiéval
cité médiévale
la baie à marée basse
endroit où l’on peut cueillir le statice et la salicorne
le statice
l’écluse sur laquelle passe le petit train


L’écluse
Au terme du long bief formé par le canal maritime qui ouvre la plaine côtière en amont d’Abbeville, le canal de la Somme s’achève là avec l’écluse de Saint-Valéry. Celle-ci, la vingt-cinquième placée sur le cours de la voie d’eau, peut également être considéré comme son ouvrage d’art le plus imposant. Alors que ses fondations sont coulées dès 1813, l’ensemble n’est achevé qu’en 1827 sous la Restauration, année même de l’inauguration du canal, alors dit « d’Angoulême », par le roi Charles X.
Précédant l’agglomération de Saint-Valéry, cette écluse est faite d’un double barrage qui encadre un sas d’une longueur imposante. Celui-ci est conçu au commencement du XIXème siècle comme une anse d’attente destinée à accueillir plusieurs navires marchands remontant ou descendant le fleuve canalisée. A marée descendante, celui-ci s’écoule par les portes de l‘écluse alors ouvertes, le canal maritime ayant servi de stockage à son débit pendant la période précédente.
Quant aux deux barrages, inférieur et supérieur, ce sont tous deux des ouvrages en pierres, faits de deux passes. Celle de gauche, un système de deux portes à deux auvents et à sens contraire, est navigable. Celle de droite est conçue pour bloquer le flux de la rivière à marée haute. Le barrage supérieur est de dimensions plus modestes que son alter ego, celui-ci étant de plus doté en 1860 d’un pont mobile.
Cette passe navigable est alors équipée d’un ouvrage de tôles rivetées et tournant, ce dispositif permettant le franchissement du canal par la route en provenance, du nord de la baie. Jusqu’aux années 1950, il s’agissait du seul point de passage du canal pour les automobilistes en provenance des communes de Noyelles-sur-Mer, Le Crotoy ou Nouvion-en-Ponthieu. La voie ferrée de la ligne de chemin de fer Noyelles-Saint-Valéry le traverse également depuis 1858, celle-ci étant depuis 1972 exploitée par le train touristique de la baie de Somme.

Saint-Valery-Sur-Somme

Un avis sur « Saint-Valery-Sur-Somme »

  • 22 juillet 2019 à 19 h 11 min
    Permalien

    Content de voir que votre sortie en baie de Somme s’est réalisé et que d’après vos photos vous avez eu beau temps.
    Amicalement
    P-MC &G-Y

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.